Que se passe-t-il quand un Etat fait faillite ?

Simone Wapler – La Stratégie de Simone Wapler

On entend souvent dire qu’un État ne peut pas faire faillite — il n’y a rien de plus faux. L’écrivain Jacques Attali prouve tout le contraire dans l’un de ses essais intitulé Tous ruinés dans 10 ans.

Il y recense pas moins de 240 défaillances d’États dans l’histoire économique récente : l’Allemagne en 1923, l’Angleterre dans les années 70, la Yougoslavie en 1995, la Russie en 1998 ou bien encore l’Argentine en 2002.

Vous pensez peut-être que cela ne pourrait pas se produire chez nous ? Pourtant cela s’est inévitablement produit chaque fois qu’un pays est allé trop loin dans l’endettement — qu’il soit développé ou émergent, grand ou petit.

Comment cela se manifeste-t-il concrètement ? Prenons un exemple proche, celui de l’Angleterre en 1970. Voici les témoignages issus d’une émission sur la BBC :

John Blackburn, de Wetherby, raconte :
J’étais ingénieur à l’usine électrique d’Huddersfield à cette époque. Une partie de mon job consistait à couper l’électricité des différents quartiers de la ville, selon une grille définie par les autorités. Combien de fois, le soir, j’ai été obligé de couper l’électricité chez moi avant de rentrer manger à la lueur d’une bougie…

Richard Evans, de Londres, se souvient :
Ma mère a dû forcer les piquets de grève pour entrer à la maternité (ils lui en avaient interdit l’entrée). Ma grand-mère devait lui apporter sa nourriture à l’hôpital ainsi que des draps et des serviettes propres.

David Stocker, de Guildford, explique :
Je vivais dans le nord-est près de Newcastle et je me souviens comme si c’était hier de ma grand-mère marchant d’un magasin à l’autre à la recherche de bougies. Elles étaient toutes parties.

Imaginez… l’Angleterre avait dominé le monde pendant 150 ans. Mais la mauvaise gestion de ses fonds publics et de sa monnaie l’a conduite au fond du gouffre en quelques années.

Vous pensez que cela ne peut arriver en France ? Vous n’êtes pas le seul et c’est peut-être là le principal problème : l’indifférence généralisée. C’est ce que souligne l’économiste Philippe Herlin : « les gens s’imaginent que si l’État ne peut plus payer sa dette, ce n’est pas grave« . En psychologie, une telle attitude a un nom : le déni.

Il poursuit : « en fait, si l’État fait défaut sur sa dette, cela aura des répercussions sur l’ensemble de l’économie. […] Les banques seront obligées de fermer et l’État sera obligé de contingenter les retraits puisqu’il n’y aura plus assez d’argent dans le circuit. C’est ce qui arrivera. Ce n’est pas de la science-fiction, puisque c’est ce qui s’est passé en Argentine« .

Pour rappel, plusieurs mois de crises, de manifestation et d’émeutes de la faim avaient conduit le président de l’Argentine à déclarer la faillite du pays le 24 décembre 2001. 10 ans plus tard, l’Argentine n’a toujours pas directement accès aux marchés. Et les trois quarts des créanciers ont dû accepter à terme une réduction de créance d’environ 70%…

Le même processus est actuellement en marche en France : la dégradation du Triple A en janvier 2012 en est un symptôme concret. En clair, cela signifie tout simplement que votre épargne n’est plus en sécurité : n’attendez pas pour prendre les mesures qui vous aideront à la protéger…