S’endetter ne coûte pas cher, profitons-en !

Nous sommes donc toujours bien engagé sur la douce voie de la faillite. Le Président ne luttera plus contre les déficits, la compétitivité d’abord.

On ne sait pas trop ce que c’est que la compétitivité dans un pays dont 57% du PIB tourne avec le secteur public. Curieusement, plus ce pourcentage augmente plus la « compétitivité » baisse. Probablement que ce n’est « pas facile » à faire comprendre à des énarques et des élus majoritairement fonctionnaires…

On ne luttera même pas contre les déficits par une hausse de TVA.

Terminé sur ce non-sujet.