Macron : un ministre de l’économie plus intéressé par la rente que par le capital

Un  article de L’Express sur Emmanuel Macron

J’aime cet article qui date de mai 2013 car il est très révélateur du capitalisme de copinage surnommé par la gauche « libéralisme ».

Emmanuel Macro a lâché une rente annuelle de 900 000 € dans la banque privé pour un poste politique.

« La banque, l’argent… Partageant un café avec Macron dans le bureau de celui-ci, un conseiller de l’Elysée ressent un choc en découvrant le montant du tiers provisionnel dû par son hôte – l’imprimé fiscal traîne sur la table : une somme à six chiffres ! Macron n’est pas resté assez longtemps chez Rothschild pour devenir riche à millions, mais il a très bien gagné sa vie en 2011 et pour les cinq premiers mois de 2012: 900 000 euros (550 000 après charges et impôts), à comparer à ses 156 000 euros annuels aujourd’hui, rémunération identique à celle du président de la République. L’ex-banquier ne paie pas l’ISF (à partir de 1,3 million d’euros). 

A un ami il avait confié qu’il ne resterait pas plus d’un an ou un an et demi à l’Elysée. Et après? La politique? Les uns le verraient bien ministre de Hollande, mais la mode est aux poids lourds de la politique. D’autres suggèrent un retour vers la banque, la direction d’une grande entreprise. Jacques Attali fait plus simple: président de la République dans vingt ans. »

Comme vous le voyez, l’épargne ce n’est pas son truc puisqu’avec 900 000 € (dernier salaire partiel qui fut précédé par d’autres qui devaient aussi comporter 6 chiffres) il ne paie pas l’ISF.

Le capital n’intéresse pas des gens qui ont un privilège de création monétaire (puisqu’avec 1 € de fonds propres, un banquier peut créer 20 ou 30 € de crédit et Macron faisait partie de ce sérail). Ce qui intéresse ces gens-là c’est la rente, qu’elle soit prodiguée par le monde politique ou financier.