Le trou de la Sécu : une voie d’eau propice au naufrage

Une combinaison toxique de dettes à un niveau record et de croissance molle laisse à penser que nous nous dirigeons vers une nouvelle crise.

C’est la substance du seizième rapport de Genève publié par le Centre for Economic Policy Research.

Comme vous le savez, depuis 2008, nous sommes dans une politique que les Anglo-Saxons appellent « extend and pretend » qui consiste à étendre les maturités de la dette ou plus exactement à gagner du temps en forçant les taux d’intérêt à la baisse et prétendre que payer les intérêts ne pose aucun problème.

Le volume de dette  est tel que le rendement des actifs est insuffisant pour rembourser l’intérêt de la dette contractée pour acquérir ces mêmes actifs. C’est ce que les économistes appellent le moment de Minsky.