La BCE sauve encore les banques

Hier Mario Draghi, tout puissant banquier central, a parlé.

Il a dit qu’il rachèterait aux banques des bouts de papier et qu’en échange, il leur donnerait de l’argent frais. Ce n’est que de la création monétaire potentielle : en effet cet argent frais ne se matérialise dans l’économie que si les banques prêtent mais les entreprises et les ménages ne veulent plus s’endetter.

La création monétaire immédiate se produira lorsque Mario achètera aux banques des bouts de papier qui sont de la dette d’État et leur donnera en échange de l’argent frais. Car les États, eux, sont toujours friands de dettes. Dans ce cas, l’argent frais se matérialise sous forme de prestations sociales et de redistributions et peu importe ce que font ensuite les banques.

M. Le Marché espérait que Mario allait plonger pour cette solution. Il a été déçu. Les bourses européennes ont fortement chuté et les actions des pays périphériques plus que les actions allemandes ou françaises.