La Chine devient la première puissance commerciale du monde

La Chine devient la première puissance commerciale du monde, LesEchos.fr

Ce titre nous paraît très lointain, pourtant, il est le signe du bouleversement monétaire qui s’annonce.

Nous avons un système monétaire axé sur le dollar. Le dollar s’est imposé comme étalon monétaire à la fin de la Deuxième guerre mondiale pour deux raisons :

  • les Etats-Unis étaient à la fois le plus gros exportateur et importateur mondial
  • le dollar était convertible en or.

La première raison vient de s’évanouir.

La deuxième a disparu avec la fin des accords de Bretton Woods. La fenêtre de l’or s’est alors fermée. Ce fut en réalité, la faillite non avouée des Etats-Unis : le papier ne pouvait pas être converti, contrairement aux promesses. C’était réellement un défaut.

Volumes d’import export

Chine : 3 870 Mds$
États-Unis : 3 820 Mds$

PIB américain : 15 000 Mds$
PIB chinois : 7 300 Mds$

La Chine ne rêve que d’une chose : que le dollar perde son statut de monnaie étalon qui n’est plus qu’un privilège injustifié.

Mais la Chine a des montagnes de dollars et doit auparavant les recycler en douceur sans que le monde entier prenne peur…

Cela fait bientôt quatre ans que la Banque du Peuple (la Banque centrale chinoise) n’a pas communiqué ses réserves d’or. Aux dernières nouvelles elles étaient de 1 054 tonnes. Depuis quatre ans :

  • La Chine est devenu le premier producteur d’or, mais pas une once ne sort du territoire
  • La Chine achète de l’or, prend des participations dans des mines étrangères.

Pendant ce temps, les pays développés se lancent dans une folle course à la dévaluation.

Grosses turbulences monétaires en vue. Le gagnant de la guerre des monnaies sera l’or en attendant qu’un nouvel ordre monétaire se dessine. La nouvelle d’un autre plan de relance côté Etats-Unis (donc toujours plus de dettes) et de la reprise de l’activité en Asie va probablement faire redémarrer le grand train de l’or qui était stationné en gare des 1 600 $ l’once.

L’appréciation des monnaies des pays émergents (les pays créditeurs) face aux pays développés (les pays débiteurs) reste plus que jamais d’actualité.