Il n’y a pas de bouton « Arrêt » à la planche à billets

« Arrêt » ou « Off » : c’est une option qui n’existe pas sur les imprimantes de fausse monnaie. C’est le sens du discours d’Helicopter Ben.

Le titre des Echos « Bruxelles demande à l’Italie de poursuivre ses efforts de désendettement  » veut dire que le stock de dettes de l’Italie doit diminuer. Donc qu’il faut rembourser. C’est un peu nouveau, car d’habitude on disait qu’il suffisait que la dette ne grossisse plus (moins de déficit), ou moins vite.

Bien sûr, rembourser est totalement illusoire puisqu’on a du mal à stabiliser (Italie) ou faire grossir moins vite (France).

Ce sera pareil en Europe qu’aux Etats-Unis, même si Angela en avale son casque à pointe (qu’elle n’a pas) : la planche à billets ne va pas s’arrêter, sinon l’euro explose en vol. Mario Draghi a acheté du temps avec les OMT (une planche à billets un peu plus discrète que celle de Ben). Le sable du sablier s’écoule et il ne se passe rien… Donc il faudra acheter encore plus de temps. On va grossir le sablier.